Lexique du Cloud Computing

Cloud Computing

Les 5 caractéristiques du Cloud Computing

Accès réseau universelACCES UNIVERSEL

Un environnement de type Cloud Computing nécessite et est accessible via le réseau, quelque soit le périphérique (PC, Mac, Tablette, SmartPhone…)

 

MISE EN COMMUN DES RESSOURCESMise en commun (Pooling) de ressources

Dans un environnement de type Cloud Computing, on ne pense pas en nombre de serveurs, taille de disques, nombre de processeurs… en puissance de calcul, capacité totale de stockage, bande passante disponible.

 

ElasticitéELASTICITE

Grâce au Cloud, il est possible de disposer de plus de ressources très rapidement pour soutenir une forte demande (ex: pour garantir une bonne expérience d’achat sur une plateforme Web de e-commerce durant les fêtes de fin d’année). Inversement, au-delà du provisionning de ressources, il est possible avec le Cloud de diminuer les ressources utilisées (ex: en cas de baisse d’activité sur cette même plateforme Web de e-commerce) si celles-ci sont supérieures à ce qui est nécessaire.

 

SERVICE A LA DEMANDELibre-Service (Self-Service)

Dans un environnement de type Cloud Computing, il est possible à un utilisateur de consommer les services ou ressources sans pour autant nécessiter une demande d’intervention auprès du fournisseur : équipe IT ou fournisseur externe (ex : un développeur qui souhaite tester son application sur une machine virtuelle représentative d’un poste standardisé de son entreprise peut, au travers d’un portail Web, provisionner et utiliser une machine).

 

Service mesurable et facturableSERVICE MESURABLE

Dans un environnement de type Cloud Computing, le fournisseur de la solution de Cloud est capable de mesurer de façon précise la consommation des différentes ressources (CPU, Stockage, bande passante…); cette mesure lui permet de facturer à l’usage le client.

 

Les 3 modèles de services du Cloud Computing

Le Cloud Computing peut être décliné sous la forme de 3 offres de services : SaaS, PaaS et IaaS.

SaaS : Software as a Service

Logiciel que l’utilisateur, particulier ou entreprise, consomme sous la forme d’un service. Le fournisseur de Cloud de type SaaS est propriétaire et gère entièrement sa plateforme (du matériel au logiciel). Dans ce modèle, le client du Cloud utilise le logiciel mais ne s’occupe pas de la pile en dessous (plateforme applicative, matériel…) ni de l’installation du logiciel.
Dans une solution de type SaaS, le contrôle des données est partagé entre le client (qui crée et utilise les données) et le fournisseur de Cloud (qui héberge les données, les stocke, les sécurise, les sauvegardes…)

Exemples d’utilisation du modèle SaaS : la messagerie électronique, les réseaux sociaux comme Twitter, LinkedIn, Facebook, Office Web Apps…

PaaS : Platform as a Service

Plateforme sur laquelle des développeurs ou éditeurs de logiciels peuvent déployer des applications. La pile en dessous (le socle applicatif, le système d’exploitation, le matériel, le réseau) appartient et est gérée par le fournisseur de service.

Exemple de PaaS : une plateforme Web, par exemple le site http://newprestationexpress.azurewebsites.net hébergé par Azure (PaaS), créé sous WordWpress proposé par Azure, et dont la commande en ligne de prestations de services est gérée via l’extension [ajouter nom] proposé également par Azure.

IaaS : Infrastructure as a Service

Plateforme sur laquelle des administrateurs IT vont pouvoir déployer une infrastructure (machine(s) virtuelle(s) + socle applicatif + applications…). Ce modèle qui est une évolution des centre de données virtualisés permet au client de faire abstraction du modèle physique (gestion des serveurs physique, des éléments relatifs aux centres de données comme l’électricité, la climatisation, la sécurité physique). Dans ce modèle, le fournisseur contrôle le matériel et la couche de virtualisation. Au niveau des données, le contrôle est partagé au niveau de la machine virtuelle (qui est stockée et sauvegardée par le fournisseur de Cloud de type IaaS). [avons nou sun exemple ?]



Le Cloud est, encore aujourd’hui, un mot à la mode qui demeure opaque pour beaucoup d’indépendants, TPE et PME . Nous avons pensé intéressant de faire un zoom sur ce qu’est vraiment le Cloud, dont les définitions entendues à droite et à gauche sont si galvaudées que la plupart se méfient et les freins, mythes et autres légendes urbaines nuisent plus aux utilisateurs eux-mêmes qu’au marché en pleine expansion malgré tout !
Plutôt que de réinventer la poudre, nous avons choisi de publier ici une partie de l’article de Stanislas Quastana, qui est limpide  et vulgarise le sujet de façon très pertinente.